kpmg-pulseÊtre rappelé
kpmg-pulseDevis gratuit

L'industrie hôtelière face au covid : impacts et reprise

Publié le 5 juin 2020

Point sur la situation du secteur de l'hôtellerie avec Stéphane Botz, Associé Corporate Finance et Directeur National - Expert Hébergement chez KPMG.

Comment le secteur des hébergements a-t-il vécu la pandémie et le confinement ?

L’industrie de l’Hospitality, composée de l’hôtellerie, des villages de vacances, des résidences de tourisme, des campings et des meublés, a arrêté son exploitation et sa commercialisation le 16 mars dernier, pas pour des raisons de fermeture demandée dans le cadre imposé par l’État d’Urgence sanitaire, mais tout simplement par l’absence de flux de clients de loisirs et d’affaires.

Donc, les propriétaires-exploitants, gestionnaires d’hébergements marchands ont tout d’abord géré l’urgence sanitaire en s’appuyant sur les outils et moyens mis en place par l’État (chômage partiel, exonération de charges…), les financeurs (report d’échéances, PGE, etc.) et les propriétaires bailleurs (reports de loyers et étalement).

À situation inédite, l’État français a proposé des solutions inédites qui se sont vues proposées au fil du temps et des problématiques rencontrées. KPMG a fait la même chose et est venu en aide à cette industrie en proposant des accompagnements adaptés à nos clients sur le plan RH, comptable et financier.

Quels en sont les impacts ?

Les impacts immédiats sont l’arrêt de l’activité pour toute l’industrie du tourisme (hébergements, restauration, équipements accueillant du public : parcs de loisirs, espaces de congrès et d’expositions, centre de thermalisme, musées…) et donc une mise à l’arrêt de notre économie touristique et de tous les secteurs d’activités connexes à cette industrie (nettoyage des chambres, traitement du linge, fournisseurs agro-alimentaires, maintenance), voire au-delà : boulangerie, pressing, artisans, transports…

Les impacts à court terme vont être la gestion de la trésorerie (cash) et de la relation avec les banques, avec un souci sur l’absence de visibilité sur la reprise d’activité en juillet/août, puis dernier trimestre, qui va être très différente d’un territoire touristique à l’autre.

Comment le secteur se prépare-t-il à l’après-Covid à moyen terme ? Quelles sont les stratégies mises en place  ?

L’après-Covid va être très différent d’un territoire à un autre, d’un hébergement marchand à un autre…

Nous ressentons une envie de reprise des professionnels sur les territoires balnéaires, de montagnes et ruraux. Les filières ont fait d’importants efforts pour donner aux touristes l’envie de consommer en :

  • Proposant des plans sanitaires par filières, répondant à la nécessité de proposer une "réassurance sanitaire" et en apportant de la confiance dans l’acte de consommation
  • L’annonce du Premier Ministre, évoquant des vacances estivales pour tous, à commencer à libérer le confinement. Les prises de réservations (remboursables en cas de deuxième vague de Covid) se sont libérées auprès des opérateurs d’hébergements touristiques

Aussi, la stratégie est claire pour les professionnels du tourisme : ne pas complètement rater la saison estivale. Pour ce faire, ils misent sur la clientèle domestique française en mettant en avant le "Visiter la France", mais ils sollicitent à nouveau leurs clients européens, fidèles amoureux de la destination France, résidant souvent dans les hébergements marchands en zone balnéaire (campings, villages de vacances, etc). Cette clientèle internationale est importante pour l’économie touristique, car elle représente 80 % de la clientèle internationale.

Est-ce que des faillites et/ou des rachats sont-ils possibles dans l’industrie ?

La situation risque de se tendre lors que le gouvernement décidera de relâcher ses aides. La reprise repose sur de nombreux paramètres exogènes à l’industrie :<\p>

  • Gouvernementales : restrictions ou pas lors des déplacements des clientèles internationales, que ce soit dans l’espace Schengen ou clientèles long-courriers
  • Transports : réouvertures des lignes aériennes low-cost, trafic
  • Réassurance sanitaire, car l’impact est également psychologique dans un premier temps
  • Adaptation de l’industrie aux conditions sanitaires, avec des plans déployés avec des bureaux de contrôles

Mais cela repose également sur la capacité des professionnels à gérer leurs besoins en fonds de roulement, car la réouverture d’un hébergement à un coût, la montée en puissance de l’exploitation également… et repose essentiellement sur l’état de "pick-up" des réservations sur le mois de juin et pour l’après saison estivale, qui s’annonce toujours de manière difficile, en raison d’absence de visibilité sur le maintien des salons, congrès, expositions sur la fin 2020, voire 2021.

Le "cash" est le nerf de la guerre des exploitants qui doivent gérer au mieux leur reprise et la saisonnalité de leur activité. Or de cet ensemble de "risques" et flux de clients peut découler des faillites ou fermetures d’entreprises, créant également des opportunités pour ceux qui auront bien géré cette situation inédite.

Qui sera le plus touché ?

Difficile à dire. Néanmoins, nous savons que l’industrie n’a pas été épargnée ces dernières années : attentats de 2015-2016, grèves des gilets jaunes, grèves des transports, Covid. Nous observons que de nombreux hôteliers "indépendants" souhaitent céder leur activité en raison de l’usure engendré par ces nombreux événements, que certaines catégories d’hébergements, en raison de l’endettement, des niveaux de loyers… vont s’interroger sur le maintien de leur activité.

Les bons gestionnaires, les propriétaires exploitants qui se sont inscrits dans une recherche d’économie d’échelle, de mutualisation des coûts, d’une commercialisation en direct… s’en sortiront mieux.

Restez donc attentifs… car KPMG peut vous aider dans la reprise d’activité et d’opportunité, dans la recherche de financements et dans l’accompagnement au quotidien du chef d’entreprise.

Contacter nos experts hôtellerie

Quel est votre besoin ?

Tous les champs étoilés sont obligatoires

Sélectionnez
Sélectionnez
Être rappelé
Civilité
|
Être rappelé
Civilité.
|

Merci

Un conseiller vous rappelle dans les plus brefs délais
Du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 (sauf jours fériés).
Nous rencontrer Devis gratuit

Téléchargez notre guide pratique

télécharger

__ A lire aussi

Nous sommes là,pour vous et à chaque étape de la vie votre entreprise.
Pour vous conseiller et être
présent à vos cotés
Pour vous accompagner dans
les premiers pas
de la création
Pour vous aider au quotidien
dans la gestion de
votre activité
Pour vous permettre
de faire grandir votre
entreprise
Pour vous assister
dans la cession
de votre activité