kpmg-pulseÊtre rappelé
kpmg-pulseDevis gratuit
Profitant de la peur latente due au contexte de crise sanitaire actuel, les pirates informatiques multiplient les tentatives d’hameçonnage pour extorquer des données confidentielles.

Si le contexte anxiogène créé par l’épidémie du Covid-19 peut être synonyme d’une perte de repères pour de nombreuses personnes, ce n’est pas le cas pour les pirates informatiques. Bien au contraire. Jouant sur les peurs, les cybercriminels ont récemment multiplié les attaques de phishing (hameçonnage, en français) utilisant le thème de la crise sanitaire pour essayer d’extorquer des données personnelles et confidentielles.

Des arnaques menées par email ou par SMS

En pratique, ces tentatives d’hameçonnage prennent généralement l’une des formes suivantes :
– Soit, l’envoi massif d’emails, promettant des informations prétendument scientifiques sur l’épidémie. L’objectif étant d’attirer l’internaute sur un site véreux qui lui demandera ensuite de s’identifier en renseignant des données confidentielles.

– Soit, un SMS, prétendant avertir son destinataire qu’il a été en contact avec une personne atteinte du Covid-19. Là aussi, le message incitera la victime à cliquer sur un lien douteux pour tenter, in fine, de lui dérober des informations personnelles.

À noter : ce mode opératoire s’est avéré redoutablement efficace dans les pays ayant déjà déployé des applications mobiles dédiées au contact tracing (permettant de remonter les chaînes de contamination) et qui peuvent, effectivement, envoyer ce type de notifications.

En France, l’Assurance maladie appelle à la vigilance

Faisant état de nombreuses tentatives de phishing au cours des dernières semaines, l’Assurance maladie a récemment mis en garde contre le risque de fraudes en lien avec l’épidémie du Covid-19.

À ce titre, l’organisme de protection sociale rappelle notamment que les emails ou SMS envoyés aux assurés ne demandent jamais de fournir des coordonnées personnelles, telles que des identifiants bancaires, et ne contiennent pas non plus des liens de redirection vers des sites web autres que le portail ameli.fr, demandant de s’identifier ou de fournir des informations personnelles.

Pour déjouer les pratiques frauduleuses, adoptez les bons réflexes

Face à cette recrudescence de tentatives d’hameçonnage, la plate-forme gouvernementale de prévention du risque numérique www.cybermalveillance.gouv.fr a récemment rappelé quelques bonnes pratiques.

Pour démasquer les démarches frauduleuses, il est notamment conseillé d’observer attentivement les différents éléments composant le message reçu, tels que l’adresse de l’expéditeur, le corps du texte et l’URL du lien proposé. La présence de fautes de français, de maladresses linguistiques ou encore de noms de domaine ne correspondant pas à l’adresse du site officiel de l’organisme prétendument à l’origine du message devraient ainsi vous amener à redoubler de vigilance.

Pour en savoir plus sur les risques liés à l’hameçonnage et connaître les bons réflexes à adopter, rendez-vous sur : www.cybermalveillance.gouv.fr

kpmg-pulse Retour aux articles

__ A lire aussi

Les réponses à vos questions

Le salarié est placé en position d'activité partielle s'il subit une perte de rémunération causée soit par la fermeture temporaire de tout ou partie de l'établissement, soit par la réduction de l'horaire de travail en deçà de la durée légale de travail (35 heures hebdomadaires) ou conventionnelle lorsque celle-ci est inférieure à la durée légale de travail.
L'employeur doit avoir accompli les démarches l'autorisant à instaurer l'activité partielle, notamment :

  • dans les entreprises de plus de 50 salariés, consultation du CSE
  • dans tous les cas, demande préalable d’autorisation d’activité partielle

La demande est réalisée en ligne via le portail dédié : Activité partielle emploi Gouv.
Les entreprises doivent déposer leur demande d’activité partielle dans un délai de 30 jours avec effet rétroactif.

Le télétravail est la règle impérative pour tous les postes qui le permettent.

Les gestes barrière et les règles de distanciation au travail sont impératifs. Les entreprises sont invitées à repenser leurs organisations pour :

  • limiter au strict nécessaire les réunions :
    • la plupart peuvent être organisées à distance ;
    • les autres doivent être organisées dans le respect des règles de distanciation ;
      • limiter les regroupements de salariés dans des espaces réduits
      • les déplacements non indispensables doivent être annulés ou reportés
      • l’organisation du travail doit être au maximum adaptée, par exemple la rotation d’équipes

Consulter l’intégralité de la FAQ kpmg-pulse

Vous n’êtes pas seuls

KPMG a mis en place un dispositif spécifique d’accompagnement, immédiatement activable pour préserver votre entreprise. Nos experts se tiennent à votre écoute pour vous soutenir sur la durée.

Contactez-nous kpmg-pulse

Restez connectés sur nos réseaux KPMG Pulse pour ne rien rater de l’évolution du COVID-19

kpmg-pulse