kpmg-pulseÊtre rappelé
kpmg-pulseDevis gratuit

Propos recueillis par Gabriel PONCIN, Coordinateur National du Marché des Entreprises de Croissance chez KPMG, le 6 avril 2020.

Dans cette "guerre", les fonds d’investissement sont en première ligne pour accompagner l’écosystème d’innovation. Ce contexte inédit soulève aujourd’hui de nombreuses questions et inquiétudes auprès des jeunes pousses tricolores. KPMG est allé à la rencontre (via Skype – confinement oblige) de Valérie Gombart, Fondatrice & CEO de la société de gestion Hi Inov, pour apporter un éclairage face à cette situation.

Quel a été l’impact des premières semaines de crise sur votre activité ?

Les deux premières semaines ont été axées sur l’inventaire des dégâts éventuels dans notre portefeuille. Et je peux vous dire que cette revue d’effectif fut une bonne surprise, car avec 17 sociétés en portefeuille, 2 seulement sont réellement impactées. Ces dernières ayant eu recours de manière très pro-active aux dispositifs de soutien mis en place par l’État, elles ne sont pas en danger à court terme. Pour les 15 autres sociétés, nous avons pu constater la résilience du modèle SaaS, grâce notamment aux revenus par abonnement ! Nous voyons aujourd’hui des secteurs d’activité pour lesquels cette crise fait émerger de nouvelles opportunités commerciales. Ainsi des sociétés comme Platform.sh (infrastructures web) et 360Learning (formation digitale) constatent une accélération de leurs ventes.

Êtes-vous à l’écoute de nouvelles opportunités ?

Aujourd’hui nous faisons face à une diminution drastique, de l’ordre du 80 %, du deal flow habituel. Cependant nous ne sommes pas dans un état d’esprit défensif, bien au contraire, l’équipe, qui est sur le pont depuis le premier jour de la crise, est disponible pour examiner de nouveaux dossiers. À noter toutefois, que la situation, dont nous ne savons pas si le point bas a été atteint, va tout de même avoir un impact sur les délais d’instruction et les décisions. Nous n’imaginons pas, à ce stade, finaliser de nouveaux dossiers avant la rentrée 2020. Ainsi pour les entrepreneurs qui lèvent des fonds, il faut s’attendre maintenant à ce que le rapport de force soit inversé.

Les investissements les plus intéressants sont-ils à réaliser en période de crise ?

Je partage entièrement ce point de vue ! Hi Inov en est d’ailleurs l’exemple parfait, car nous avons créé la société en 2012 et levé des fonds dans la foulée. Lorsque vous avez des stress importants sur le capital et donc que l’argent se fait rare, les entrepreneurs redeviennent bien plus créatifs et ne se contentent pas d’utiliser des recettes éculées. Lors de la crise de 2001 (centrée sur la tech), VistaPrint (aujourd’hui Cimpress), dont la trésorerie était au plus bas, a eu l’idée d’intégrer au dos de chaque carte de visite la mention « fait par vistaprint.com » ce qui a contribué à amplifier leur notoriété et décupler leurs ventes sans 1€ de budget marketing. L’histoire est d’autant plus belle que la société est aujourd’hui le leader mondial de l’impression en ligne !

Quels sont/vont être les secteurs les plus impactés ?

Les sociétés qui souffrent le plus en ce moment dans l’univers de la tech sont les business de marketplace (à l’exception de l’alimentaire, de la consultation médicale en ligne ou du bricolage) positionnés par exemple sur les secteurs du voyage, du tourisme ou des offres à la personne. L’adtech, qui a déjà beaucoup souffert avec les nouvelles exigences de la CNIL et du RGDP (règlement général sur la protection des données), connaît aujourd’hui un recul de son activité compte tenu de ses liens étroits avec l’univers du commerce physique. L’immobilier est également un secteur aujourd’hui fortement sous tension, les proptech vont donc directement souffrir de cette situation.

Quels sont les enseignements que vous tirez de ces premières semaines de confinement ?

Aujourd’hui nous ne sommes pas dans une crise où le digital ne tient pas ses promesses, au contraire ! Je suis ainsi renforcée dans l’idée que des tendances comme la TechForGood ou la e-santé (qui intègre des technologies comme l’IA dans le cadre du diagnostic médicale par exemple) vont voir leur intérêt s’amplifier et être promises à un bel avenir. Il est certain également que les investisseurs seront encore plus attentifs demain au profil des équipes et valoriseront davantage l’expérience des entrepreneurs quadragénaires. La situation que nous vivons actuellement conforte aussi notre stratégie basée sur des investissements dans des sociétés développant des produits/services "must have" et non "nice to have". C’est-à-dire dans des start-ups présentent au cœur des systèmes digitaux des entreprises et qui sont en capacité d’apporter un retour sur investissement tangible et mesurable.

Quel est votre besoin ?

Tous les champs étoilés sont obligatoires

Sélectionnez
Sélectionnez
EN SAVOIR PLUS
Civilité
|
Être rappelé
Civilité.
|

Merci

Un conseiller vous rappelle dans les plus brefs délais
Du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00 (sauf jours fériés).
Nous rencontrer

Vous n’êtes pas seuls

KPMG a mis en place un dispositif spécifique d’accompagnement, immédiatement activable pour préserver votre entreprise. Nos experts se tiennent à votre écoute pour vous soutenir sur la durée.

Contactez-nous kpmg-pulse

Restez connectés sur nos réseaux KPMG Pulse pour ne rien rater de l’évolution du COVID-19

kpmg-pulse