Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) : par où commencer ?

Publié le 08 Juin 2022

Temps de lecture : 5mn

Conseil

Vous souhaitez intégrer la RSE dans la stratégie de votre entreprise. Quels sont les enjeux et les bénéfices ? 5 pites pour démarrer une démarche RSE.

Sommaire

La responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE), se définit comme la volonté d’inscrire dans l’activité et les missions de votre entreprise des préoccupations sociales et environnementales et en y impliquant l’ensemble de vos parties prenantes (vos salariés, vos partenaires, etc.). Comment faire pour parvenir à cet objectif ?

Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) : état des lieux

RSE : une prise de conscience et une accélération règlementaire

Adopter un comportement responsable est une réalité aujourd’hui, à l’aune des évolutions sociétales et environnementales nécessaires. Les entreprises sont de plus en plus concernées, d’autant plus que la réglementation s’accélère pour répondre à ces enjeux. A titre d’exemples :

  • la loi Pacte de 2019 a introduit  la notion  d’entreprise de Société à mission et prévoit l’insertion de la raison d’être et des objectifs RSE de la société dans les statuts ; 
  • la loi Anti-Gaspillage et pour l’économie circulaire (AGEC) renforce les obligations concernant le recyclage ;
  • la loi Climat et résilience, décline plusieurs points pour aider les consommateurs à réduire leurs impacts environnementaux ;
  • enfin, la nouvelle directive européenne instaure un nouveau standard de reporting RSE obligatoire qui va concerner 5 fois plus d’entreprises en Europe. Cette nouvelle directive s’adresse aux entreprises cochant au moins 2 des 3 critères suivants :
    – 20 millions d’euros de bilan
    – 40 millions d’euros de chiffre d’affaires
    – 250 salariés

RSE : des enjeux centraux

La démarche RSE des entreprises s’inscrit dans cette dynamique et tend à mettre en avant certaines thématiques, précisées par la norme ISO 26000 (qui définit les lignes directrices de la responsabilité sociétale) comme éléments centraux des enjeux de la responsabilité sociétale des entreprises, à savoir :

  • la gouvernance de l’organisation,
  • les droits de l’homme,
  • les relations et conditions de travail,
  • l’environnement,
  • la loyauté des pratiques,
  • les questions relatives aux consommateurs,
  • les communautés et le développement local.

RSE : sur la base du volontariat

Pour les PME de moins de 250 salariés, entamer une démarche RSE dans l’entreprise, c’est intégrer les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans son activité et dans ses interactions avec les parties prenantes (salariés, partenaires commerciaux, etc.) sur la base du volontariat. La norme ISO 26000 définit la RSE comme la responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique qui :

  • contribue au développement durable y compris à la santé et au bien-être de la société,
  • prend en compte les attentes des parties prenantes,
  • est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations.

Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) : pourquoi entamer cette démarche ?

RSE : des enjeux à connaître

Entamer une démarche RSE suppose d’en définir les enjeux, qui peuvent être regroupés de la manière suivante :

  • les enjeux économiques : répondre aux critères RSE de vos donneurs d’ordre dans les appels d’offre, pérenniser l’activité, anticiper les risques, améliorer l’efficacité des process internes à l’entreprise, optimiser les coûts de production, etc. ;
  • les enjeux sociaux : améliorer les conditions de travail, impliquer les salariés, développer la qualité de vie au travail, encourager le dialogue social ;
  • les enjeux environnementaux : identifier les impacts de l’activité de l’entreprise en termes de consommation de ressources, de production de déchets et de pollution, etc., et définir les mesures permettant de les réduire.
  • les enjeux sociétaux : développer l’impact positif de l’entreprise dans l’ancrage territorial, la collaboration avec les acteurs locaux, les achats responsables, l’éthique et la transparence.

RSE : des bénéfices à attendre

Entamer une démarche RSE permettra d’impliquer tous les acteurs de l’entreprise dans une vision stratégique bénéfique pour son développement, qu’il s’agisse :

  • de pérenniser son activité et d‘augmenter ses performances,
  • de valoriser son image et d’augmenter sa visibilité,
  • de fidéliser vos clients, vos partenaires, vos fournisseurs, vos salariés,
  • d’attirer les talents,
  • d’impliquer vos collaborateurs dans une démarche vertueuse et valorisante.

Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) : 5 pistes pour démarrer

RSE : réaliser un diagnostic préalable

Entamer une démarche RSE suppose au préalable de réaliser un diagnostic pour savoir comment votre entreprise est positionnée sur chaque thématique liée à la responsabilité sociétale des entreprises en prenant en compte son propre environnement. Ce diagnostic est un préalable indispensable pour permettre l’intégration de la démarche RSE dans la stratégie globale de votre entreprise.

RSE : identifier les parties prenantes

Il s’agira tout d’abord de s’appuyer sur des relais extérieurs qui pourront vous accompagner dans la réalisation de vos objectifs, mais aussi d’identifier qui dans l’entreprise peut piloter la mise en place d’une démarche RSE. Une fois les collaborateurs identifiés, il s’agira d’ailleurs de les accompagner et de les former aux fondamentaux de la RSE. Mais la démarche RSE suppose également d’impliquer, d’autres parties prenantes que sont vos clients, vos fournisseurs, les différents partenaires de l’entreprise, les pouvoirs publics, des associations locales, etc.

RSE : analyser vos forces et vos faiblesses

A l’instar de ce qui peut se faire en marketing, une démarche pourra être de faire une analyse des forces et des faiblesses de votre entreprise au regard des enjeux de la RSE en s’appuyant, par exemple, sur les domaines d’actions définies par la norme ISO 26000 :

  • s’agissant des enjeux économiques, où en est par exemple votre entreprise en termes d’éthique dans les relations commerciales, de politique d’achats responsables, de transparence de ses pratiques commerciales et de prévention de la corruption, de sa politique de prix, d’accessibilité à ses services et de sécurité de produits vendus, de respect des intérêts des consommateurs, du développement des technologies responsables, de la protection des données, etc. ;
  • au sujet des enjeux sociaux, où en est votre entreprise s’agissant de sa gouvernance et de l’implication des salariés, des relations de travail, du dialogue social, de la qualité de vie au travail, de la santé et de la sécurité au travail, des situations présentant un risque pour les droits de l’Homme et de la lutte contre les discriminations, etc. ;
  • concernant les enjeux environnementaux, où en est votre entreprise en matière de prévention de la pollution, de l’utilisation durable des ressources, de la gestion des déchets, etc.

RSE : benchmarker !

Une autre piste peut aussi consister à auditer le positionnement des concurrents dans leur démarche RSE pour identifier les meilleures pratiques et les bénéfices à en attendre.

RSE : structurer votre démarche RSE

Pour être pérenne, une démarche RSE se construit autour de plusieurs étapes structurées : l’état des lieux, la vision, la gouvernance du projet, la définition des enjeux et objectifs, la collecte des données et de pilotage, jusqu’à la réalisation du reporting structuré.

Entamer une démarche RSE ne s’improvise pas. Il est essentiel de vous entourer de spécialistes qui pourront utilement vous guider, vous et votre entreprise dans cette évolution au regard de ses spécificités et de son secteur d’activité. Nous sommes justement à vos côtés pour vous y aider !

Sources :